« Les dix positions d’attente » 1ère partie

Les dix positions d’attente 1ère partie

Oclide poursuit son apprentissage avec assiduité. Le Maître, exigeant, lui a fait apprendre dix positions d’attente qu’elle devra tenir entre deux interventions. 10 positions. 10 numéros. Un vrai chien de cirque. Cette situation décuple la perversité de son dominant…

Prélude

Déjà, le réveil émet son cri strident dans la nuit car, oui, la vie civile continue…

Le sommeil fut lourd suite à une séance de martinet éprouvante, comme tombée dans un abysse, j’étais épuisée nerveusement. L’éveil est rude, je suis encore dans la brume, les gestes lents. Désorientée, j’ai du mal à reprendre pied. Je voudrais modérer, prendre le temps de ralentir pour un réveil en douceur mais le Maître en a décidé autrement. Toutefois, j’avais vaguement compris qu’il se caressait comme souvent dès le matin mais, tout de suite, il veut se servir de moi. La masturbation solitaire ne lui suffit pas. Je remue à peine, tournée encore vers le mur quand sa main agrippant mes cheveux tire ma tête brusquement en arrière.

Seul mon visage a pivoté, lui est déjà à genoux face à moi, une main toujours dans ma chevelure maintient la position, l’autre branle énergiquement son pénis dressé. L’action dure quelques secondes, sans une parole, il se déverse déjà forçant mes lèvres entre ouvertes. Un vide couilles. Malgré mon engourdissement, j’accueille tant bien que mal son sperme en bouche en l’entendant grogner. J’aime lui faire plaisir. Il ne se recouche même pas et descend directement prendre le petit déjeuner.

La journée, banale, se déroule. Enfin, pas si insignifiante que cela car mes pensées s’échappent régulièrement du quotidien pour me remémorer nos activités. De plus, à cela s’ajoute mon fessier qui me rappelle à chaque contact avec une chaise, son dévouement au fouet du Maître. Je souris intérieurement, songeant à l’image que je renvoie le jour, froide et professionnelle, tellement opposée à ma nature nocturne. Je m’anime dans cette mauvaise pièce de théâtre, m’enfermant dans ce rôle…

Enfin, le soir venu, nue, devant le miroir, je suis fière de mes marques qui ont évoluées en tirant maintenant sur des couleurs plus bleutées voire violacées. Elles me font fantasmer, la chaleur dans mon ventre est toujours plus intense, une question me hante : comment pourrais je en accroître le nombre ? Devrais je passer par la désobéissance ? pour espérer une punition ? Pensive, je m’interroge car le choix de l’attitude à adopter est délicat, je ne souhaite pas décevoir mon Maître. Il entre dans la salle de bain et me surprenant ainsi, commence à m’effleurer délicatement les fesses en effectuant quelques commentaires sur mes traces. Je ne cache pas mon sourire et je constate immédiatement son œil s’allumer. Finalement le message n’a pas été si difficile à faire passer…

Le moment est très doux, se prolonge, il me couvre de caresses et m’embrasse tendrement, un vrai bonheur partagé, fusionnel. Au bout d’un certain temps, il m’annonce que ce soir nous allons travailler les positions d’attente. Mon corps et mon esprit se conditionnent automatiquement. Cette séquence sera dégradante, je le sais, et le lâcher prise puissant.

Il s’agit de 10 positions, des positions d’attente que j’ai dû apprendre par cœur. A chaque fois qu’il prononce un numéro, je dois exécuter celle qui correspond et rester immobile selon son bon vouloir. Un numéro, une position. Attention à l’erreur. Tellement humiliant.

Nous avons regagné la chambre et je patiente, debout, nue et transie, devant lui.

« Un »

La séance débute. Je me mets debout, bien droite, ferme les yeux instinctivement, écarte les jambes et croise les mains au dessus de la tête. Cette première position active le désir. Il tourne autour de moi en me flattant les seins, mon corps se fait réceptif.

« Deux »,

Je garde les mains sur la tête mais cette fois je suis à genoux, les jambes très écartées. Mes lèvres gonflent pendant qu’il passe lentement sa main sur mes fesses.

« Trois ».

L’humiliation grandit car je dois me pencher en avant en formant un angle à 90°, les mains écartent les fesses pour présenter mes trous. Prêt à servir, mon cul s’ouvre sans aucune résistance dès que sa queue approche. Lorsqu’il articule

«Quatre »,

Je suis au bord de la jouissance mais me précipite à quatre pattes sur le matelas, les fesses en hauteur et la tête redressée. Telle une chienne, j’attends les ordres.

«Cinq »

me fait remonter le cul car gardant la position précédente, je tends mes bras vers l’avant, lui offrant mes orifices. Il fixe des pinces sur mes lèvres et pénètre mon anus rapidement. Mes fesses, impatientes, accueillent le martinet avec plaisir, je ne peux pas m’empêcher de me tortiller et de gémir sous les impacts des lanières. Je voudrais que tout mon cul soit entouré, encordé et fouetté. Il a bien conscience que cela me procure beaucoup de plaisir et accélère le rythme sur mes fesses encore bleuies. Je l’ai eu ma punition. Là encore, l’orgasme est proche mais le

« Six »

est prononcé. Je me retourne donc prestement sur le dos, maintenant mes jambes serrées à la verticale avec mes bras et lui présentant mon sexe humide, il observe sans un mot. […]

Fin de la première partie…

2 thoughts on “« Les dix positions d’attente » 1ère partie

    1. madame_oclide says:

      Merci pour votre commentaire. De très bons souvenirs de cette séquence !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut